Quem somos, como nos formámos e formamos?

Caros colegas,

no âmbito de uma investigação associada ao Centro de Estudos em Linguística e Literatura (CELL), do Departamento de Línguas, Comunicação e Artes da Universidade do Algarve, procuro caracterizar a população docente de Línguas Estrangeiras, bem como os seus percursos formativos.

Este trabalho permitirá, entre outros, conhecer melhor a população de professores, bem como, e diria essencialmente, as suas necessidades em termos de formação científica e profissional, permitindo adequar os cursos de formação às reais necessidades dos docentes.

Esta motivação resulta, em parte, do sentimento de insatisfação que me é frequentemente transmitida relativamente aos escassos cursos de formação que surgem, principalmente na área de influência da Universidade do Algarve.

Assim, embora a população que poderá, no futuro, colher frutos imediatos dos resultados obtidos seja desta região, a divulgação posterior deste estudo em congressos e na publicação do relatório final permitirá, espero, uma provável reflexão dos centros de formação associados a escolas, Associações de Professores, etc.

Apelo, assim, a uma ampla participação de modo a reflectir aquilo que os restantes professores necessitam em termos formativos.

Peço-lhe, por conseguinte, que me dedique 10 minutos do seu tempo respondendo ao questionário.

Basta para isso clicar no link: A Formação em Questão

Agradeço, desde já, a Vossa participação.

Assim que possível publicarei aqui uma parte dos resultados preliminares.

Perspectives pour une didactique des langues contextualisée


Le présent ouvrage, né au sein du Collectif Inter-réseaux de Didactique des Langues de l’Agence Universitaire de la Francophonie et porté par quelques uns de ses acteurs, a été suscité par la convergence d’un certain nombre de facteurs épistémologiques, théoriques et sociaux qui nous ont amené à considérer qu’il devenait urgent de rassembler une série d’études sur la question des contextes en didactique des langues.

Conçu comme un volume collectif exploratoire, il a pour objectif de susciter une réfl exion sur la nécessité de développer un ensemble de recherches à ce sujet, tant du point de vue théorique que du point de vue des transferts possibles, voire souhaitables, dans la formation des enseignants de langues et dans les pratiques d’enseignement. Il cherche notamment à montrer la pertinence sociale et scientifi que de ses questionnements, à fournir des repères en matière de cadre épistémologique, d’orientations théoriques, de méthodes de la recherche. Les études réunies portent sur les contextes de pluralité linguistique individuelle ou collective, sur l’enseignement / apprentissage / acquisition d’autres langues (nationales, régionales, minoritaires, etc.), sur différentes modalités didactiques inscrites dans un continuum entre langue objet, langue de référence, langue moyen d’enseignement / apprentissage, sur les pratiques pédagogiques, sur les divers supports utilisés (notamment les manuels), sur les programmes et référentiels, sur les dispositifs institutionnels et pédagogiques de formation. Un point important est l’étude des représentations sociales de et dans ces situations didactiques et leurs contextes, observables chez les apprenants, les enseignants et les divers acteurs sociaux concernés à divers titres par ces situations.

L’une des conclusions de l’ouvrage est une invitation à passer de la question des « contextes » à la dynamique des contextualisations

Perspectives pour une didactique des langues contextualisée, sous la direction de : Philippe BLANCHET , Danièle MOORE et Safi a ASSELAH RAHAL

[texte retiré de affichedidactiquelangues]

Je publie dans cet ouvrage un chapitre sur les discours autours de l’écrit et son enseignement. En voici le résumé:

« Ce chapitre porte sur les différents discours qui se croisent dans la recherche et pratique de l’enseignement de l’écrit. En premier lieu, nous abordons les discours théorico-méthodologiques qui, en amont, définissent la pratique d’écriture (e.g. Bereiter & Scardemalia, 1987; Hayes, 1996; Flower, 1994, 1998; Deschênes, 1995, Reuter, 1996; Johns, 1997) et, en aval, décrivent les apports méthodologiques pour l’enseignement des langues, notamment de l’écrit (e.g. Tribble, 1996; Cassany, 1997, Vigner, 2001, Cuq & Gruca, 2003; Defays, 2003; Morrow, Gambrell & Pressley, 2003; Mazzoni & Gambrell, 2003; Cabral, 2004). Deuxièmement, nous analysons le discours des instructions officielles portugaises en ce qui concernent l’enseignement de l’écrit en classe de FLE. Finalement, nous présentons le discours des professeurs sur leurs pratiques d’enseignement de l’écrit. Nous finissons ce chapitre par un regard croisé de ces différents, mais subsidiaires, angles de vision et nous tissons quelques implications pédagogiques, spécialement au niveau d’appropriation des professeurs des discours qui régissent leur intervention pédagogique. »

Bonne lecture

How not to use Powerpoint by comedian Don McMillan

Publié dans Humor. Étiquettes : , , . Leave a Comment »
%d blogueurs aiment cette page :